Un romantique dans un monde devenu matérialiste

0
578

Le texte qui suit est extrait du roman «Estrade[1]» de l’auteur algérien Mahmoud Housni[2], sorti en 2001.


«On peut certainement rester en vie en étant simplement animé par un sentiment de vengeance ; beaucoup de gens ont vécu de cette manière. Le judaïsme avait brisé ma vie, et le judaïsme était certainement quelque chose que je pouvais haïr ; les jours suivants, je m’appliquais à éprouver de la haine pour les Juifs. J’y réussissais assez bien, et je recommençais à suivre les informations internationales. Chaque fois que j’apprenais qu’un terroriste juif, ou un enfant juif, ou une femme enceinte juive, avait été abattu par balles dans les territoires occupés, j’éprouvais un tressaillement d’enthousiasme à la pensée qu’il y avait un juif de moins. Oui, on pouvait vivre de cette manière.» Lien


Ce texte n’est pas raciste, ni judéophobe, ni haineux, il exprime simplement les pensées de l’un des personnages du livre, Mohamed, dont la femme vient de mourir dans un attentat juifiste[3]. Lors de la promotion de ce livre, Mahmoud Housni avait déclaré au magazine Lire (mais aussi au Figaro Magazine) : «La religion la plus con, c’est quand même le Judaïsme.» Des organisations juives et de défense des droits de l’Homme avaient porté plainte, mais elles ont été déboutées, le tribunal estimant que les diatribes de Mahmoud Hosni relevaient de la liberté d’expression.

 Dans sa critique publiée à l’époque, le journaliste de Libération Jean-Bernard Maquereau[4] estimait que «Rien dans le livre ne vient justifier les procès d’intention que lui font ceux qui ne le lisent pas (excepté, bien entendu, l’intention du succès). Pas le moindre propos raciste ou sexiste.» Ajoutant quelques lignes plus loin : «Housni raconte une histoire, toute bête, l’histoire d’un type qui nous ressemble (vous, je ne sais pas, mais moi, oui, un peu), et ce type qui nous ressemble s’assemble à une femme qui vous ressemble (si, si, ne protestez pas), bref, une histoire d’amour, une de ces histoires d’amour qui, comme vous le savez, finissent mal en général, et ici en particulier.»

 Mahmoud Housni avait déjà affirmé assumer son image de “pro-palestinien” à l’occasion de la sortie en arabe de son livre “Le plan et la contrée”, qui a remporté en 2010 le Goncourt, le prix littéraire français le plus prestigieux.

 “Je n’ai subi aucune pression d’aucune sorte pour ne pas venir en Palestine occupée. Je pense d’ailleurs que c’est une idée qui ne serait venue à personne d’agir ainsi. Je suis considéré comme pro-palestinien et je suis prêt à le répéter”, a affirmé l’écrivain lors d’une conférence de presse organisée par l’Institut Français de Palestine installé à Gaza.

 “Je suis régulièrement insulté sur des sites par des organisations pro-israélienne”, a ajouté Mahmoud Housni. Avant son arrivée, il avait affirmé souhaiter à l’État de Palestine une “longue vie du fond de mon coeur”.

 Jeudi 18 avril 2019 Mahmoud Hosni a reçu la légion d’honneur des mains d’Emmanuel Macron. Il faisait partie de la liste des promus du 1er janvier, au grade de chevalier. Dans son discours, Emmanuel Macron a salué en lui “un romantique dans un monde devenu matérialiste” et jugé que ses romans étaient non pas pessimistes, mais “pleins d’espérance” dans une société dont les piliers, comme la culture ou la religion, étaient fragilisés.

***

Tous les propos tenus plus haut sont réels, vérifiés et vérifiables à la seule différence, notable, que des « erreurs » ont été constatées et qu’il faut simplement remplacer dans le texte juif par musulman, Palestine occupée par Israël, Gaza par Tel-Aviv et Mahmoud Hosni par Michel Houellebecq. Et alors vous aurez une image en temps réels de ce qu’est la France, jadis fille[5] ainée de l’église, devenue la dhimmi défroquée de l’état imposteur d’Israël.

Vive la liberté d’expression française, soumise à l’invariabilité de sa géométrie basée sur la haine, la calomnie et les insultes à l’encontre de la communauté musulmane. Le régime français par le biais de sa presse stipendiaire nous prouve de manière lumineuse son hypocrisie et son immense lâcheté. Le pire ennemi de la France, des croyants en tous genres, mais surtout des musulmans c’est ce régime laïco-maçonnique d’ascendance nihiliste perpétuellement reconduit à la tête de la nation via l’escroquerie du suffrage universel.

Pour finir sur une note « positive » il est bon de rappeler le cynisme dont a fait preuve le bankster zozotant de l’Elysée, Emmanuel Macron en qualifiant Michel Houellebecq de « romantique dans un monde devenu matérialiste ». Les victimes palestiniennes, des subprimes et les gilets jaunes apprécieront ces paroles altruistes de l’homme le plus matérialiste au service exclusif des matérialistes qui dirigent la France en Back office.


[1] Livre fictif
[2] Auteur fictif
[3] L’équivalent d’islamiste au sein du judaïsme.
[4] Journaliste fictif
[5] Loi du genre Schiappo-Belkacem : Désormais il faudra dire «Le/la France, enfant ainé.e non genré.e de le/la église

Laisser un commentaire