Qui sont les enfants d’Israël ?

1
148

Sourate 2 Verset 47
« Ô fils d’Israël ! Souvenez-vous des bienfaits dont Je vous ai comblés ! Rappelez-vous que Je vous ai préférés à tous les peuples de la Terre ! » 


La Thora nous parle du peuple élu comme étant les enfants d’Israël.  Les évangiles ne contredisent pas les affirmations bibliques. C’est d’ailleurs uniquement la bible qui valide et offre la seule source d’informations concernant les enfants d’Israël et leur élection divine ainsi que la possession de la terre sainte.  La seule autre source religieuse qui aborde le sujet se trouve être le Coran. L’information coranique sur le sujet éclaire d’un nouveau jour ces affirmations, plus encore elle dévoile le mensonge du fameux peuple élu.  Est-ce qu’il faut croire les paroles des israélites comme étant « parole d’évangile » ? Doit-on valider toutes leurs prétentions simplement parce qu’ils ont décrété que la bible était la vérité et les affirmations qu’elle contient à leur avantage ne pouvaient pas être remises en question ?

Le fait d’ accepter dans la doctrine catholique l’Ancien Testament a permis d’entériner la terre promise biblique par une grande majorité  de l’humanité. Il était primordial de le faire pour avoir le plus de poids possible au sein des nations quand les temps de la création d’Israël seront venus. Au sein de l’islam nous avons des hypocrites et des traites souffrants d’une ignorance confondante qui sont allés jusqu’à reconnaître la terre promise comme possession validé par Allah le Très-Haut au bénéfice unique des juifs considérant que les enfants d‘Israël cité à maintes reprises dans le corpus coranique leur faisant entièrement référence. Pour n’importe quelle personne au cœur sincère ayant ouvert au moins une fois un Coran il lui est tout à fait possible de comprendre que les enfants d’Israël et les juifs mentionnés dans le Coran sont deux entités bien distinctes.  Ce qui est attribué pour le premier ne concerne absolument pas le second. L’ignorance voulue et entretenue des masses sur le sujet a permis de ne pas   saisir cette nuance de taille.

Le sujet des « Enfants d’Israël » est pourtant d’une importance hautement cruciale, particulièrement de nos jours. Le constat est tristement pathétique quant aux masses musulmanes qui ne savent différencier convenablement les Juifs des enfants d’Israël. Le Coran est extrêmement clair à ce propos, mais il semble que les musulmans soient en partie passés à côté du sujet. Cette confusion n’est hélas pas propre aux musulmans, mais concerne finalement tout un chacun ; il suffit simplement de poser la question à son entourage proche pour s’en rendre compte. Une confusion, voulue et entretenue, qui dissimule une des usurpations les plus honteuses de l’Histoire. Afin de clairement identifier qui sont les enfants d’Israël il n’y a que peu de  sources autres que la Thora.

Le seul livre religieux qui fournit suffisamment d’informations les concernant se trouve être le Coran. A la lumière des informations qu’il contient il est alors possible de détailler avec précision qui sont réellement les enfants d’Israël. Ou du moins il est possible d’écarter certains prétendant à cette filiation de manière absolument claire et définitive.

Les douze tribus d’Israël

Vivant alors sous la tyrannie d’un Pharaon despotique, Allah (swt) suscite Moïse au sein des enfants d’Israël. Il leur adresse un livre saint, la Thora et un prophète qui accomplira des miracles, le plus célèbre étant l’ouverture de la Mer rouge, afin de les libérer des griffes de leur bourreau.

Selon la Thora, les enfants d’Israël sont les douze fils du prophète Jacob (as), dont sont issues les douze tribus d’Israël : Ruben, Simon, Lévi , Juda, Issachar, Zabulon, Dan, Naphtali, Gad, Asher, Joseph et Benjamin. Chacun des fils étant le fondateur d’une tribu avec un territoire qui lui est propre, à deux exceptions : La tribu de Lévi n’avait pas de territoire géographique. Quant à Joseph ce furent ses fils, Manassé et Ephraïm, qui fondèrent les deux dernières tribus. Le dernier né, Benjamin[1], a, selon la Thora, eu raison de sa mère Rachel [2], puisqu’elle est décédée en le mettant au monde. Le Coran ne mentionne pas la filiation des tribus. Du moins pas de la même manière, nous allons le voir plus loin.


12 tribu d'israel


À qui fut promise la Terre ?

Du point de vue islamique, la Terre promise le fut effectivement en concordance avec la Thora, aux enfants d’Israël (Sourate 5  versets 20-21). Cependant elle fut promise sous conditions. L’information nous est donnée toujours dans la même sourate, quelques versets plus loin. Chronologiquement nous sommes alors après la traversée de la Mer rouge. Les enfants d’Israël se présentent aux portes de la Terre promise afin d’en prendre possession, Allah (swt) les éprouve une dernière fois en leur demandant de combattre un peuple qui se tient justement sur la Terre promise, versets 2426. À peine la Terre leur fut-elle offerte que les enfants d’Israël refusèrent les ordres d’Allah (swt) de la libérer en combattant un peuple de géants (versets 22-23). Pour leur infidélité ils furent immédiatement punis (verset 26) et accessoirement traités de peuple pervers par Moise (as) et Allah (swt)

Toujours sourate 5 il est fait mention d’un engagement entre les enfants d’Israël et Allah (swt):

12.Et Allah certes prit l’engagement des enfants d’Israël. Nous nommâmes douze chefs d’entre eux. Et Allah dit : “Je suis avec vous, pourvu que vous accomplissiez la Salat, acquittiez la Zakat, croyiez en Mes messagers, les aidiez et fassiez à Allah un bon prêt. Alors, certes, J’effacerai vos méfaits, et vous ferai entrer aux Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux. Et quiconque parmi vous, après cela, mécroit, s’égare certes du droit chemin” !

« Je suis avec vous, pourvu que vous… ». S’en suit alors la liste des conditions pour qu’Allah (swt) soit du côté des enfants d’Israël. Cela contredit de manière absolument frontale tous les arguments laissant entendre que la Terre promise est due sans condition. Aujourd’hui, ceux qui affirment que la Terre leur fut promise ne remplissent aucune des conditions requises, ce qui rend ladite promesse caduque, de facto. Bombarder une population de civils au phosphore blanc, s’approprier leur terre, emprisonner des millions de Gazaouis ou détruire des millions d’oliviers n’a semble-t-il pas vraiment de rapport avec le fait de faire « à Allah un bon prêt ». On notera également une divergence de taille avec la Thora qui affirme que les douze tribus sont issues des douze fils de Jacob/Israël. Le Coran quant à lui est très clair, c’est Allah (swt) lui-même qui a nommé les douze chefs «Nous nommâmes douze chefs d’entre eux » . Aucune précision de filiation avec Jacob (as) n’est mentionnée. Il semble évident qu’une nomination des chefs contredit le principe d’une fondation filiale des tribus, c’est-à-dire basée sur la génétique. Il est donc fort possible que les tribus d’Israël n’aient absolument rien à voir ni de près, ni de loin avec Jacob (as).

13.Et puis, à cause de leur violation de l’engagement, Nous les avons maudits et endurci leurs cœurs : ils détournent les paroles de leur sens et oublient une partie de ce qui leur a été rappelé. Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf d’un petit nombre d’entre eux. Pardonne-leur donc et oublie [leurs fautes]. Car Allah aime, certes, les bienfaisants.

Qu’attendre d’un peuple qui viole l’engagement qu’il a pris avec Allah (swt) ? La filiation n’est certes pas glorieuse. D’autant plus qu’Allah (swt) ‎ les maudit. Le mot est fort, puissant, terrible. « sauf d’un petit nombre d’entre eux. » Autrement dit, marginaux sont les enfants d’Israël ayant de véritables qualités morales : fiables, respectueux de l’engagement, de son prochain, de sa soumission au Divin, etc. « ils détournent les paroles de leur sens… ». Cela ressemble fort à du pilpoul. Cette gymnastique sémantique existe depuis bien plus longtemps que ce que l’on veut nous faire croire. Elle est la base de l’usurpation du nom de l’État d’Israël.

Sourate 2 verset 40. ô enfants d’Israël, rappelez-vous Mon bienfait dont Je vous ai comblés. Si vous tenez vos engagements vis-à-vis de Moi, Je tiendrai les miens. Et c’est Moi que vous devez redouter.

La terre fut promise aux enfants d’Israël et non pas aux Juifs. À aucun moment, ni dans la Thora ni dans le Coran, il n’est mentionné que les juifs sont les légataires de la Terre sainte. Pourtant, c’est bien cet amalgame que bon nombre de croyants (toutes confessions confondues) commettent. Jusqu’à une période récente, le mot israélite était employé en français comme synonyme de juif. Peu nombreux sont ceux qui savent réellement faire la différence entre un Juif dans le sens tribal et un juif pratiquant le judaïsme. Posez la question au tour de vous, vous verrez.

Qui est Israël ?

Pour définir qui est le prénommé Israël, il faut le localiser dans le temps. Un verset permet de déterminer une période précise:

Sourate 3-Verset 93 [3] « Toute nourriture était licite aux enfants d’Israël, sauf celle qu’Israël lui-même s’interdit avant que ne descendit la Thora. Dis[-leur]: « Apportez la Thora et lisez-la, si ce que vous dites est vrai !  »

Nous avons la confirmation qu’Israël est antérieur à la révélation de la Thora. Il a vécu soit avant Moise, soit il fut son contemporain. David, Salomon as et Jésus as étant postérieurs à la Thora, Israël les a donc forcément précédés. Dans la Thora il est dit qu’Israël n’est autre que le prophète Jacob (as) [4]. Jacob as est le fils d’Isaac as ( le demi-frère d’Ismaël (as) ) et petit-fils d’Abraham (as). Les savants musulmans quant à eux se basent sur les récits israélites qui se basent eux-mêmes sur la Thora pour affirmer que Jacob as et Israël sont une seule et même personne. Alors que le Coran ne le dit à aucun moment. Il y a cependant quatre versets qui laissent à penser que Jacob as pourrait bien être Israël. Sourate 2 verset 136 et 140. Sourate 3 verset 84. Sourate 4 verset 163. La chronologie citée dans ces quatre versets est identique. Allah (swt) cite systématiquement les prophètes dans l’ordre suivant : « Abraham, à Ismaël, à Isaac, à Jacob, aux Tribus ». Jacob (as) a bien eu douze garçons dont le plus célèbre d’entre eux fut le prophète Joseph. La sourate 12 « Yusuf » lui étant intégralement consacrée. Ces versets suggèrent que les tribus pourraient être de la descendance de Jacob (as).

Sourate 7 verset 160. Nous les répartîmes en douze tribus, (en douze) communautés. Et Nous révélâmes à Moïse, lorsque son peuple lui demanda de l’eau : “Frappe le rocher avec ton bâton.” Et voilà qu’en jaillirent douze sources. Chaque tribu sut son abreuvoir. Nous les couvrîmes de l’ombre du nuage, et fîmes descendre sur eux la manne et les cailles : “Mangez des bonnes choses que Nous vous avons attribuées.” Et ce n’est pas à Nous qu’ils ont fait du tort, mais c’est à eux-mêmes qu’ils en faisaient.

Nous avons ici la confirmation qu’Allah (swt) ‎ a pris le soin de répartir lui-même les enfants d’Israël en 12 tribus, alors qu’aucune mention n’est faite concernant les douze fils de Jacob (as). Il se pourrait tout à fait que les tribus aient vu le jour bien avant Jacob (as)  lui-même. Pour répondre à cela il faudrait savoir s’il a précédé Moïse (as) ou l’inverse. Si Moïse (as) est antérieur alors les tribus ne sont définitivement pas issues de Jacob (as). Cependant il est à noter qu’il existe une possibilité qu’Israël soit une tout autre personne que Jacob (as). En effet une théorie désigne Israël comme étant l’un des fils d’Adam, celui qui a commis le meurtre [5] de son frère, le tout premier de l’histoire.

Dans les évangiles Jésus (as) s’adresse aux enfants d’Israël dans des termes qui ne laissent planer aucune ambiguïté :

Jean 8-44 Le père dont vous êtes issu, c’est le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il n’a point persisté dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il dit le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur, et le père du mensonge. 45 Mais parce que je dis la vérité, vous ne me croyez point. 46 Qui de vous me convaincra de pécher ? Et si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ? 47 Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu; c’est pourquoi vous ne les écoutez pas, parce que vous n’êtes point de Dieu.

Je ne développerai volontairement pas le propos ici, mais pour ceux qui souhaitent s’informer, je vous recommande les travaux du docteur Ali Mansour Kayali. Que Jacob (as) soit Israël ou non, cela n’a finalement aucune incidence sur les enfants d’Israël. Le seul changement notable serait qu’Israël ne soit pas un prophète, contrairement à Jacob (as).

De quelle religion était Israël ?

En restant sur l’idée que Jacob (as) est bien Israël, il est alors essentiel de connaître sa pratique religieuse.

Sourate 2 verset 132. Et c’est ce que Abraham recommanda à ses fils, de même que Jacob : “ô mes fils, certes Allah vous a choisi la religion : ne mourrez point, donc, autrement qu’en Soumis” ! (à Allah). 133. Étiez-vous témoins quand la mort se présenta à Jacob et qu’il dit à ses fils : “Qu’adorerez-vous après moi” ? – Ils répondirent : “Nous adorerons ta divinité et la divinité de tes pères, Abraham, Ismaël et Isaac, Divinité Unique et à laquelle nous sommes Soumis”.

Il était monothéiste soumis à Allah (swt). Ce verset nous apporte une nouvelle information de taille, en plus d’un formidable éclairage historique: Jacob (as) n’était pas juif, dans le sens d’adepte du judaïsme. Allah (swt) utilise des expressions et/ou des mots bien précis, c’est un signe qui devrait nous pousser à étudier plus en profondeur le Coran.

L’accès à la Terre promise

Les enfants d’Israël prirent finalement possession de la Terre promise. La Thora nous dit que le royaume d’Israël se tenait en Palestine il y a approximativement 3 100 ans. Le Royaume d’Israël s’établit, avec pour loi, la Thora et des prophètes-Rois qui appliquaient ses enseignements en toute justice.

 Le royaume fut successivement dirigé par les prophètes Saül, David et Salomon. Ce fut l’âge d’or des « Banou Israël », autrement dit le saint État d’Israël, celui qui suivait la voie droite d’ Allah (swt). Après la mort de Salomon, le royaume se scinda en deux, le Royaume d’Israël n’occupant plus que la partie nord, alors qu’au sud apparut le Royaume de Juda.


royaume juda et israel


Entre ces deux royaumes, ce fut la guerre totale. Le Coran nous éclaire sur le sujet.

Sourate 2 verset 83.Et [rappelle-toi], lorsque Nous avons pris l’engagement des enfants d’Israël de n’adorer qu’Allah, de faire le bien envers les pères, les mères, les proches parents, les orphelins et les nécessiteux, d’avoir de bonnes paroles avec les gens; d’accomplir régulièrement la Salat et d’acquitter la Zakat ! […]84. Et rappelez-vous, lorsque Nous obtînmes de vous l’engagement de ne pas vous verser le sang, [par le meurtre] de ne pas vous expulser les uns les autres de vos maisons. […] 85. Quoique ainsi engagés, voilà que vous vous entretuez, que vous expulsez de leurs maisons une partie d’entre vous contre qui vous prêtez main forte par péché et agression. Mais quelle contradiction ! Si vos coreligionnaires vous viennent captifs vous les rançonnez alors qu’il vous était interdit de les expulser (de chez eux). […]

Les deux royaumes disparurent définitivement suite à la déportation des habitants du royaume d’Israël en -721 av JC par les Assyriens. 130 ans plus tard ce fut le tour des habitants du royaume de Juda d’être déportés par le Roi de Babylone qui détruisit Jérusalem par la même occasion aux environs de -587 av JC.

2 Chroniques 36, 17-19 Le roi de Babylone, Nabuchodonosor, tua les jeunes guerriers par le glaive. Il emporta à Babylone tous les objets et tous les trésors de la maison de Dieu. On brûla la maison de Dieu, on abattit les murailles de Jérusalem, on incendia tous les palais de la ville. Puis Nabuchodonosor déporta à Babylone tous ceux qui avaient échappé à l’épée; ils durent le server.

Juif et juif ?


« Contraint à l’exil, le peuple juif demeura fidèle au pays d’Israël à travers toutes les dispersions, priant sans cesse pour y revenir, toujours avec l’espoir d’y restaurer sa liberté nationale. Motivés par cet attachement historique, les Juifs s’efforcèrent, au cours des siècles, de retourner au pays de leurs ancêtres. »

Déclaration d’indépendance de l’État d’Israël, 1948.


Avant d’aller plus loin, il faut au préalable donner quelques définitions. La première, et sans doute la plus importante, concerne les définitions du mot juif, car il en existe deux.

Juif avec une majuscule
Les Juifs issus de la tribu de Juda.

Les Juifs sont les descendants de la tribu de Juda. C’est le sens tribal du terme. Ici il n’est question que de génétique et de lien du sang. Est exclu le reste de l’Humanité. Impossible d’être Juif tribaliste autrement que par le sang. Ce sont eux, selon leur mythologie, les fameux « élus » à qui la Terre sainte fut offerte sans condition, et que Dieu a préférés parmi toutes ses créatures.

Il suffit d’être né Juif pour avoir droit au package all inclusive « Élu, Terre promise, Goyim asservis », peu importe que vous soyez athée, polythéiste, sataniste, pédophile, assassin, violeur d’enfants, etc.,vous restez « Élu » quoi qu’il arrive. Vous êtes gagnant à tous les coups. La place de la morale humaine n’a pas droit de cité, seule la filiation compte.

Juifs sans majuscule
Les juifs pratiquant le judaïsme.

Les juifs sont les adeptes de la religion juive, ils pratiquent le judaïsme. Il est possible d’être non juif tribaliste et d’être juif religieux. Les liens du sang ne sont pas nécessaires pour pratiquer le judaïsme. L’idéal étant d’être doublement juif : tribal et religieux. La validation de cette filiation n’est pleine et entière qu’avec la certitude de la pureté génétique de la mère, la maman juive. Sans une mère au sang juif tribal vous ne serez jamais un juif « élu », simplement un juif de confession. Vous ressemblez à un juif, vous avez la couleur d’un juif, mais vous n’êtes pas juif…Vous êtes un juif Canada dry ! Arnaud Klarsfeld en est l’exemple parfait.

Qu’est-ce que le judaïsme ?

Le prophète Salomon (as) vient de mourir. Le royaume se divise en deux. Le judaïsme est apparu à cette époque de conflit fratricide. Avant cela, seul le culte israélite [6] existait. Une fois le royaume d’Israël disparu, le royaume de Juda impose sa nouvelle croyance religieuse en lieu et place [7] du culte israélite, au point que ce dernier soit devenu marginal. Le judaïsme s’approprie la Thora en son nom propre, alors qu’elle fut révélée aux enfants d’Israël dans leur intégralité comme étant un guide pour eux et non exclusivement à la tribu de Juda et encore moins pour former une nouvelle religion. Tout comme la Terre sainte fut promise aux enfants d’Israël (sous conditions) et non pas à la tribu de Juda seule.

Le judaïsme n’est donc absolument pas une religion révélée, contrairement à ce que laissent croire ses adeptes. La base du judaïsme, c’est la religion d’Abraham et de Moïse à partir de laquelle les prêtres pharisiens et lévites ont régulièrement fait des coupes, des modifications et des ajouts purs et simples, agrémentés du Talmud (Mishna et Gemara ) sans oublier bien évidemment la Kabbale.

Religion « exotique » avec ses lois raciale et ségrégationniste, ses meurtres recommandés, son dieu sanguinaire et jaloux, dieu d’un seul peuple exclusif à qui il a offert une terre sainte sans condition. Dieu qui a offert la rédemption du sol à son peuple, car lorsque cette même terre est foulée par les goyim, elle est souillée et donc la rendre pure ne peut être le fruit que des « élus » qui lorsqu’ils foulent le sol d’une terre, elle leur appartient de facto. Dieu qui affirme que la terre d’Israël va du Nil à l’Euphrate…Cette concoction a donné in fine ce que l’on nomme le judaïsme. Cette pratique apparaît chez la tribu de Juda, avec la « deuxième loi » le Deutéronome [8] (livre sorti de nulle part, comme tombé du ciel), incitant les croyants à se couper du monde, vivre en reclus, aux nombreux dogmes raciaux, où l’usure fut autorisée, etc. En partant du culte israélite puis de la Thora, le judaïsme s’est émancipé pour faire bande à part. Il s’est mis à la marge. Le constat est plus que clair : Le judaïsme n’est ni plus ni moins qu’une secte issue des enfants d’Israël. Au sujet du judaïsme, le Coran utilise un vocabulaire plus qu’explicite.

Sourate 5 verset 69.« Ceux qui ont cru, ceux qui se sont judaïsés, les Sabéens, et les Chrétiens, ceux parmi eux qui croient en Allah, au Jour dernier et qui accomplissent les bonnes œuvres, pas de crainte sur eux, et ils ne seront point affligés. »

« Ceux qui se sont judaïsés » autrement dit des gens qui ont adopté le judaïsme de leur propre chef, sans qu’aucune révélation divine n’ait été faite quant à ce culte.

Sourate 62 verset 6. Dis : “ô vous qui pratiquez le judaïsme ! Si vous prétendez être les bien aimés d’Allah à l’exclusion des autres, souhaitez donc la mort, si vous êtes véridiques”. 7. Or, ils ne la souhaiteront jamais, à cause de ce que leurs mains ont préparé. Allah cependant connaît bien les injustes.

« ô vous qui pratiquez le judaïsme ! » se réfère aux pratiquants du culte juif et non aux enfants d’Israël dans leur religion révélé. En outre il est précisé explicitement que les juifs affirment être les biens aimés d’Allah (swt) , autrement dit le peuple élu.  « à cause de ce que leurs mains ont préparé » laisse entendre  de sombres actions que les judaïsants ont commises. Sans doute est-il question des falsifications  des textes religieux et des combats contre les autres tribus. Allah(swt) est plus savant.

Pour finir, il est important de signaler ces deux versets concernant une partie des enfants d’Israël.

Sourate 5 Verset 78 Ceux des Enfants d’Israël qui n’avaient pas cru ont été maudits par la bouche de David et de Jésus fils de Marie, parce qu’ils désobéissaient et transgressaient.79 Ils ne s’interdisaient pas les uns aux autres ce qu’ils faisaient de blâmable. Comme est mauvais, certes, ce qu’ils faisaient !

Se faire maudire de la bouche de David (as) et du Messie prouve le degré d’impiété de cette fraction des enfants d’Israël. Quelles étaient les tribus encore actives à l’époque de Jésus (as) ? Cette malédiction peut-elle concerner la tribu de Juda et sa descendance ou une autre tribu ? En répondant à ces questions, l’identité des maudits nous apparaîtrait certainement.

Sourate 7 verset 137.Et les gens qui étaient opprimés, Nous les avons fait hériter les contrées orientales et occidentales de la terre que Nous avons bénies. Et la très belle promesse de ton Seigneur sur les enfants d’Israël s’accomplit pour prix de leur endurance. Et Nous avons détruit ce que faisaient Pharaon et son peuple, ainsi que ce qu’ils construisaient.

Il y avait des dizaines de sectes juives[9] au moment de la venue de Jésus (as) en Palestine sous occupation romaine. Des sectes ayant une base commune, mais qui, étaient devenues pour certaines, usurières ou racistes et pour d’autres oppressives à l’égard du peuple, etc. Le judaïsme perdure jusqu’à aujourd’hui, mais il est impossible, à coup sûr, de trouver des descendants sémites issus des douze  tribus originelles. Les séfarades sont à même d’être des Sémites, mais sans garantie. Pour l’écrasante majorité des juifs dans le monde (85-95%), il s’agit d’Européens d’origine caucasienne[10]. Si vraiment il fallait une preuve ultime pour démontrer que les juifs ne sont pas « élus » par Allah (swt) comme ils aiment à le faire accroire, ce verset suffirait :

Sourate 5 Verset 18 « Les Juifs et les Chrétiens ont dit : “Nous sommes les fils d’Allah et Ses préférés.” Dis : “Pourquoi donc vous châtie-t-Il pour vos péchés ? ” En fait, vous êtes des êtres humains d’entre ceux qu’Il a créés. Il pardonne à qui Il veut et Il châtie qui Il veut. Et à Allah seul appartient la royauté des cieux et de la terre et de ce qui se trouve entre les deux. Et c’est vers Lui que sera la destination finale. »


Le mur des Lamentations à gauche dominé par l’esplanade des mosquées avec la mosquée du dôme argenté (Al Aqsa) et la mosquée du dôme  doré (le Dôme du Rocher).

al qods


A new baby born


« Le pays d’Israël est le lieu où naquit le peuple juif. »
David Ben-Gurion (né David Grün)


14 Mai 1948, le monde a vu l’émergence d’un nouvel état, juif et pour les juifs, né, dit-on, du fruit de la persécution et du génocide des juifs par le régime nazi. En réalité l’idée d’un état juif remonte à beaucoup plus longtemps. Afin de ne pas alourdir le propos, je me contenterais du génocide durant la seconde guerre mondiale comme motivation à la création d’un état juif. Cet état fut installé en lieu et place de la Palestine alors sous mandat britannique. Il fut baptisé « Israël ». Son nom trouve sa raison d’être dans la Thora. Cependant plusieurs noms ont été débattus. Sion, Eratz Israël, Terre des Hébreux ou Judée furent évoqués. Mais David Ben-Gourion trancha et choisit Israël. Trois millénaires après la disparition du royaume d’Israël le « miracle » survient avec la création de l’État d’Israël sur les terres mêmes de son passé.


balfour jerusalem post

The Palestine Post,‎ rebaptisé depuis The Jerusalem Post (7 décembre 1947, p. 1)


Mais pour en arriver là, il a d’abord fallu que se produise une succession d’événements. Quatre en particulier, sans doute les plus importants de l’Histoire récente, qui ont eu lieu en l’espace de cinquante ans. Ils forment la colonne vertébrale du plan qui a permis le retour des juifs en Palestine.

1896 : Création du mouvement sioniste qui revendique ouvertement le retour des juifs en Palestine, « leur terre ancestrale ».[11]

1917 : La déclaration Balfour [12] qui autorise la constitution d’un foyer national juif en Palestine (alors même que cette dernière est encore la propriété du Califat ottoman).[13]


« Une deuxième composante du paradoxe que j’ai signalé était évidente. La Palestine n’appartenait pas  à l’Angleterre, mais à une puissance ennemie, la Turquie. A la fin de 1917, lorsque la Déclaration Balfour fut publiée, la défaite allemande n’apparaissait nullement comme probable. La Palestine était menacée, mais elle demeurait turque. Pourquoi donc tant d’efforts pour obtenir de l’Angleterre des promesses concernant un pays qu’elle ne possédait pas, et qu’elle ne posséderait peut-être jamais ? »

La déclaration Balfour, aux sources de l’État d’Israël. Jean Pierre Alem.1982


1920 : Mandat britannique sur la Palestine. L’Empire ottoman est en cours de démantèlement [14] suite à sa défaite lors de la Première Guerre mondiale. Il perd ses dernières provinces arabes et musulmanes, dont la Palestine.[15]

1939-45 : Deuxième guerre mondiale durant laquelle est planifiée l’extermination des juifs dans les camps de concentration.

Nous voici donc en mai 1948 et Israël revient à la vie. Tel le Phoenix qui renaît indéfiniment, voici qu’Israël, après en avoir été le centre religieux, est de retour dans les affaires du monde. C’est indéniablement en référence au Royaume d’Israël biblique que ce choix a été fait et Ben-Gourion le savait parfaitement. Ainsi, en disant Israël, apparaît immédiatement le spectre de la Bible, des prophètes et surtout plane alors l’ombre de la Terre sainte que Dieu a promise aux enfants d’Israël.


« La Bible est notre mandat, cette Bible que nous avons écrite, dans notre langue hébraïque, sur cette même terre »
David Ben-Gurion


Sourate 3 verset 47. Elle dit : “Seigneur ! Comment aurais-je un enfant, alors qu’aucun homme ne m’a touchée ? ” – “C’est ainsi ! ” dit-Il. Allah crée ce qu’Il veut. Quand Il décide d’une chose, Il lui dit seulement : “Sois”; et elle est aussitôt.  48. “Et (Allah) lui enseignera l’écriture, la sagesse, la Thora et l’Évangile,  49. et Il sera messager aux enfants d’Israël, [et leur dira] : “En vérité, je viens à vous avec un signe de la part de votre Seigneur. Pour vous, je forme de la glaise comme la figure d’un oiseau, puis je souffle dedans : et, par la permission d’Allah, cela devient un oiseau. Et je guéris l’aveugle-né et le lépreux, et je ressuscite les morts, par la permission d’Allah. Et je vous apprends ce que vous mangez et ce que vous amassez dans vos maisons. Voilà bien là un signe, pour vous, si vous êtes croyants !  50. Et je confirme ce qu’il y a dans la Thora révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui était interdit. Et j’ai certes apporté un signe de votre Seigneur. Craignez Allah donc, et obéissez-moi. 51. Allah est mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le donc : voilà le chemin droit.”

Allah (swt) affirme clairement que Jésus (as) est venu pour les enfants d’Israël. À cette époque il y avait encore les descendants d’Israël qui vivaient en Palestine. Deuxième point important dans ces versets : « Et je confirme ce qu’il y a dans la Thora révélée avant moi ». Ce verset invalide sans aucune ambiguïté possible la « nouvelle alliance » que Jésus (as) serait venu instaurer et qui a par la suite permis la consommation du porc, l’abandon de la circoncision, l’annulation de la lapidation ainsi que la loi du talion.

Conclusion

Changer le sens des mots ou modifier l’Histoire, fais partie de la panoplie des armes de guerre les plus usitées. L’Empire britannique en son temps ou les États-Unis pour ne citer qu’eux en ont largement abusé. Depuis la création de l’État d’Israël, les limites du mensonge ont été repoussées de façon spectaculaire. Jamais une nation n’avait falsifié et usurpé l’identité religieuse, historique et territoriale comme le fait Israël.  Jamais une nation qui porte dans sa dénomination le nom de Dieu [16] associé à un signe kabbalistique sur son drapeau, n’a autant transgressé ses ordres, semé le chaos et massacré de manière cruelle tout en se parant de l’habit religieux affirmant haut et fort ne faire que le dessein du créateur.

Accaparement frauduleux de la Thora, falsification de la parole divine, spoliation permanente de territoire, déportations de la population autochtone et massacres à répétitions, usurpation de la filiation religieuse, origine sémitique inexistante. Tout cela ne ressemble guère à l’application de l’ordre divin. Ces actes s’apparentent plus à la voie satanique et son inversion des valeurs. L’état imposteur d’Israël ne cesse d’affirmer à la face du monde qu’il est le descendant légitime des enfants d’Israël. Alors même que le Coran nous dit que la Terre n’appartient plus aux enfants d’Israël après leurs multiples transgressions.

S’ils sont réellement les descendants des enfants d’Israël, leurs revendications sont devenues caduques. Mais ils ne sont pas les descendants. La Terre sainte ne fut pas promise aux Juifs. Et l’Histoire nous prouve que les juifs actuels ne sont pas les enfants d’Israël. Et encore moins les juifs ashkénazes qui n’ont jamais historiquement vécu en Terre sainte et qui n’ont aucune filiation avec aucune des tribus d’Israël. Le sionisme a permis la création de ce faux État d’Israël. Sans le sionisme, point d’Israël, ni de Première et sans doute pas de Seconde guerre mondiale.

Se faire passer pour quelqu’un d’autre nécessite un empilement de mensonges continus dans le temps afin d’embrouiller définitivement ceux qui cherchent la vérité. L’idée c’est de toujours partir sur une base réelle et ensuite de tisser doucement, mais sûrement son mensonge, par étapes successives. Dans ce registre, Israël n’a rien à envier à personne. Un exemple ? « Une terre sans peuple pour un peuple sans terre »[17]. L’art du slogan publicitaire, de la formule, ou le pilpoul expliqué pour les nuls.

Si l’État d’Israël avait vu le jour au temps de Jean de La fontaine, sans doute ce dernier aurait-il rédigé une fable sur le sujet. « Le coucou » serait assurément son titre. Vous savez cet oiseau qui a cette fâcheuse habitude de se sentir chez lui, chez les autres. Cet oiseau qui pond ses œufs dans le nid d’une autre espèce puisque ce parasite ne construit pas de nid. Son parasitisme s’effectue forcément au détriment d’une autre espèce.

Je propose donc que l’étoile de David soit remplacée par un coucou sur le drapeau israélien. Ou simplement, à l’instar de la France et de son coq, qu’Israël adopte le coucou pour emblème national.


« Un nid sans œufs pour des œufs sans nid »
Un coucou sioniste


S’il faut réellement chercher des descendants des enfants d’Israël, c’est du côté des Palestiniens qu’il faut regarder. Leurs ancêtres furent israélites (très peu se sont convertis au judaïsme), avant de se convertir au christianisme puis à l’Islam.

J’aimerais finir sur une note « humoristique ». Une citation en l’occurrence, qui me fait rire et m’attriste à la fois. Rire pour la « connerie » des propos et m’attriste, car l’usurpation fonctionne hélas mieux que prévu. À ce stade-là, c’est stratosphérique, on tutoie les étoiles.


« Mon attachement à Israël et au peuple juif tient au fait que j’ai conscience que mon  Dieu est juif. En conséquence de quoi, je ne peux qu’être totalement solidaire d’Israël. »
Christine Boutin. 19 Mai 2014.


[1] D’où le fait d’être le Benjamin de la famille.

[2] Rachel qui pour les amateurs de cartes à jouer n’est autre que la Dame de Carreau.

[3] S’agissant de ce même verset le docteur Ali Mansour Kayali se base en partie dessus pour étayer l’hypothèse qu’Israël ne peut être ni Jacob (as) ni même un prophète.

[4] http://www.sources-chretiennes.mom.fr/mythes_bibliques/PDF/128-140.pdf

[5] Selon Ali Mansour Kayat les enfants d’Israël sont les descendants du fils d’Adam, celui qui a tué son frère. Il faut donc comprendre que les prénoms Habil et Kabil ne sont pas les vrais noms, ils sont la déformation de Hebel et Ḳāyin dans la Bible hébraïque que nous connaissons sous la forme de Caïn et Abel. Le Coran quant à lui ne fait aucune mention des prénoms des fils  d’Adam.

[6] Le terme dit « Culte israélite » est ici utilisé dans le sens de la religion monothéiste que pratiquait Abraham, Saul, David , Salomon et des douze tribus ( comme défini dans la Sourate 5 verset 12). Ce culte monothéiste fut supplanté avec l’apparition du Judaïsme. Cependant il perdura encore quelques siècles de manière marginale, ainsi Moïse puis finalement Jésus furent également envoyés aux Israélites. Après la deuxième destruction du temple de Jérusalem et l’exil des Juifs par les Romains en l’an 70 le culte israélite a sans doute totalement disparu.

[7] Il est étrange de constater avec quel mimétisme l’État d’Israël moderne et le Royaume de Juda antique sont similaires. L’un et l’autre usent de l’usurpation d’identité, de révélation religieuse fallacieuse et de Terre indûment promise. Trois millénaires les séparent, mais l’idéologie est la même, intacte.

[8] Lire à ce sujet « Qui a écrit la Bible » de Richard E Friedman, 1997  ainsi que « La controverse de Sion » de Douglas Reed, 1956

[9] http://fr.wikipedia.org/wiki/Courants_du_judaïsme

[10] Lire à ce sujet « Comment le peule juif fut inventé » de Shlomo Sand, 2008 ainsi que  « La treizième tribu » d’Arthur Koestler, 1976

[11] http://www.lesclesdumoyenorient.com/Sionisme-et-creation-de-l-Etat-d.html

[12] Lire à ce sujet « La Déclaration Balfour, aux sources de l’État d’Israël » Jean-Pierre Alem, Éditions Complexe.

[13]http://www.uia95.com/Cours%20UIA/Israel%20Palestine/Flash%20OK%202/Declaration%20Balfour%20analyse.htm

[14] Lire à ce sujet « Califat, du Hedjaz à l’État-nation saoudo-wahhabite » Sheikh Imran Hosein, Éditions Fiat Lux.

[15] http://www.france-palestine.org/Le-Mandat-britannique-1920-1948[16] https://www.youtube.com/watch?v=0_xJ7xmRaMM

[17] En rapport avec la colonisation de cette « Terre sans peuple » le visionnage du magistral téléfilm en quatre parties « le Serment » de Peter Kosminsky vous est chaudement recommandé.

1 COMMENTAIRE

  1. Bravo,
    condensé, clair et précis à la fois .

    Le passage préféré :

    “Sourate 62 verset
    6. Dis : “ô vous qui pratiquez le judaïsme ! Si vous prétendez être les bien-aimés d’Allah à l’exclusion des autres, souhaitez donc la mort, si vous êtes véridiques”.
    7. Or, ils ne la souhaiteront jamais, à cause de ce que leurs mains ont préparé. Allah cependant connaît bien les injustes.”

    Personnellement, ces versets fait office de miracle (comme bien d’autres).
    “No comment”, du concret, droit aux butes.

Laisser un commentaire