Le couteau Suisse

1
197

On accuse Tariq Ramadan de multiples viols et d’agressions sexuelles. Il vient de reconnaitre un premier rapport sexuel et confirme ainsi son statut d’adultérin alors qu’il a toujours affirmé le contraire. Tariq Ramadan est donc un menteur. Ce qui choque ce n’est pas tant d’avoir commis l’adultère, mais le comportement antinomique du monsieur envers ce qu’il prêche depuis des années à savoir l’éthique islamique. Lui qui enseigne l’éthique[1] islamique à L’Institut Islamique de Formation à l’Ethique[2], ça ne s’invente pas, n’applique pas ses propres enseignements. Ce sont toujours les cordonniers les plus mal chaussés. Il a trahi les musulmans d’une manière aussi lumineuse que Satan a égaré une bonne partie de l’humanité.Si vous avez entendu les messages vocaux de Ramadan alors vous savez que notre homme est chaud comme la braise.



On me souffle à l’oreillette qu’il s’agit de trucage audio, ce n’est pas Ramadan qui parle, on a synthétisé sa voix. C’est possible en effet. Il va quand même falloir le prouver. Pour l’heure c’est bel et bien Ramadan qui s’exprime et qui ne laisse planer aucun doute quant à ses intentions sexuelles violentes .

Cependant il faut bien être clair : les demoiselles victimes de ses violences sexuelles l’ont suivi de leur plein gré dans ses différentes chambres d’hôtel. Elles savaient qu’elles seraient seules avec lui et se doutaient après quelques temps à échanger via Skype/Facebook et texto que cela irait jusqu’à l’acte sexuel. Bien naïves celles qui n’ont pas vu venir la chose. C’est d’autant plus choquant quand on sait que ces femmes sont musulmanes. Cela implique un comportement prudent et très codifié vis-à-vis des hommes clairement défini dans le dogme islamique, la fameuse éthique. Elles sont fautives autant que Ramadan. Les entendre aujourd’hui se faire passer pour des victimes alors qu’elles sont partie prenante de ce qui leur arrive prouve l’escroquerie de leur foi. Elles sont aussi détestables que Ramadan lui-même. Que Ramadan leur ait imposé des pratiques sexuelles violentes et dégradantes cela n’est finalement pas étonnant. Ce qu’il ne pouvait imposer à sa femme il l’a fait subir à ses maitresses.  Elles sont victimes, oui, mais d’elle-même. On ne danse pas impunément avec le diable, quand bien même celui-ci se montre bon et gentil.

Permis de forniquer

Allons directement à l’essentiel : Ramadan est un agent et l’a toujours été. Est-ce que cela n’est pas devenu suffisamment clair désormais ? Ses différents engagements auprès du Qatar et du gouvernement britannique et son alliance avec le sabbataïste Youssef Al-Qaradawi l’ont condamné définitivement comme étant une usurpation malsaine de la parole islamique. Vous ne connaissez pas le sieur Qaradawi le juif se faisant passer pour un grand savant infiltré au sein de l’islam ? C’est lui qui disait que :

« le châtiment administré par Hitler » aux juifs était « un châtiment divin », ajoutant, « Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des croyants » […] « qu’il fallait tuer tous les Alaouites, ce groupe religieux musulman, au pouvoir à Damas. »[3]

 «Je lance la ‘fatwa’ d’assassiner Mouammar al Kadhafi, de l’exécuter sans attendre», «que celui qui dans l’armée libyenne peut tirer une balle sur Mouammar Kadhafi pour en débarrasser la Libye le fasse»[4]

En l’espèce il s’agit de purs propos sabbataïste et son dogme qui demande à ses adeptes de propager le chaos et faire couler le sang à la surface du globe. Ce démon parmi les hommes a fait usage de son influence pour mettre en place son poulain Tariq Ramadan et lui offrir une crédibilité aux yeux des musulmans :

« Sa chaire d’enseignement à Oxford de sciences islamiques contemporaines est financée par le Qatar. C’est en grande partie grâce au prédicateur vedette d’Al-Jazeera, Youssef Qaradawi, que l’islamologue doit sa nomination comme professeur. […]« Mon enseignement au Qatar fait partie de mon contrat avec l’université d’Oxford et mon salaire est celui d’un professeur enseignant à Oxford à temps plein », déclare-t-il dans Libération du 27 avril 2013. »[5]

Dans les faits semer le chaos passe également par propulser des escrocs idéologiques à des postes illégitimes. Qaradawi a toujours œuvré pour semer le chaos dans le monde musulman. En Algérie[6] il reste célèbre dans les mémoires pour être la crapule qui a permis la montée du FIS dans les années quatre-vingt-dix jusqu’à la décennie sanglante sans jamais condamner les massacres, en revanche il a statué sur les tenues des femmes, la taille de la barbe et autres fadaises inutiles alors mêmes que l’on assassinait des musulmans à tour de bras. Son ex-femme Asma Ben Kada une députée algérienne l’accuse d’être un agent du Mossad. Aucune preuve tangible ne valide ces accusations, mais le doute est plus que permis quand on observe le comportement et les différentes prises de position de Al-Qaradawi envers les dirigeants des diverses nations majoritairement islamiques. Il n’a par exemple jamais émis de fatwa à l’encontre de l’État imposteur d’Israël alors que le jihad envers cette entité criminelle voleuse de terre qui expulse les Palestiniens de leurs maisons et les tuent, car musulmans est explicitement détaillé et validé par le Coran[7].

N’importe quel musulman digne de ce nom connait ces versets, excepté Qaradawi, les yankee G.I.distes de Daesh et bien évidement Tariq Ramadan lui-même puisque ancien conseillé de la crapule criminelle de Tony Blair, que Dieu le maudisse,  le tueur de musulmans Irakiens.

En bon sabbataïste pratiquant, Qaradawi doit systématiquement encourager l’assassinat des savants musulmans. Son devoir de membre lui impose de faire taire la moindre once de vérité, quelle qu’elle soit.  Ainsi Il porte l’entière responsabilité de l’assassinat du Cheikh Al Bouti (rahimatoulah) lors d’un attentat perpétré dans une mosquée de Damas le 21 mars 2013. (propos criminels de Qaradawi à partir de  4’53’’). Avoir un mentor de cet acabit est une pièce à charge dans le lourd dossier de Tariq Ramadan. C’est la validation définitive du rôle d’agent de Ramadan.



 

Textuellement explicite

Dotée d’une élocution et d’une répartis largement au-dessus de la moyenne, d’un vocabulaire châtié, d’une grande culture, d’une intelligence verbale qui laisse perplexe la majorité de ceux qui ont eu à l’affronter sur des plateaux de télévision et d’une mémoire impressionnante l’homme ne laisse pas indifférent. Clairement il intrigue,  il fascine. Ses qualités sont indéniables. Il est brillant et c’est cela qui en plus de faire sa force a attiré le regard de ceux qui nous dirigent sur sa personne. Sa filiation y est également pour quelque chose. Petit fils d’Hassan al-Banna fondateur de la secte criminelle des Frères musulmans financés faut-il le rappeler par l’Empire britannique via la société du canal de Suez[8], il était déjà, avant  même de venir au monde, du côté obscur de la force.

L’escroquerie de son discours est réellement apparue en 2003, car l’homme est habile dans ses prises de position. Il trouvera toujours le consensus sur n’importe quel sujet évoqué avec ses débatteurs et détracteurs de sorte à ne se mettre personne à dos. C’est une stratégie habile, mais seulement pour un temps. Dès qu’il fut question de débat réellement profond basé sur le dogme islamique alors son discours s’est écroulé en un clin d’œil. En 2003 donc, et c’est ici  que le grand public a réellement découvert  le personnage,  lors du fameux débat avec Nicolas Sarkozy en direct sur France 2. Ce soir-là il est tombé dans un piège et a prouvé ses limites stratégiques. Sarkozy a rebondi sur les propos de son Frère Hani Ramadan tenus un an plus tôt concernant la lapidation des femmes en islam pour l’attaquer sur le sujet. On se demande bien pourquoi aller chercher les propos de quelqu’un d’autre pour vous attaquer, mais si on réfléchit un instant tout s’explique. Hani Ramadan sert la soupe et les arguments à Sarkozy pour attaquer le frangin. Un service loin d’être involontaire, bien au contraire. Les prises de position d’Hani sont réfléchies et calculées. Surtout quand ses propos sont parus dans un article intitulé «la charia incomprise»[9] publié le 10 septembre 2002 dans le journal Le monde. Vous noterez que la famille Ramadan à l’accès à la presse mainstream. Tout le monde ne peut pas en dire autant.  Étonnant ? Non, c’est tout à fait logique. Aborder le sujet de la lapidation fait toujours grand bruit en France et dans le monde occidental.

Si vous voulez attirer les regards c’est exactement ce qu’il fallait faire. Nous sommes en  2002, ne l’oublions pas, les attentats du 11 septembre sont tout frais, la diabolisation de l’islam bat son plein, l’Afghanistan est enterré sous les bombes américaines puisque Uncle Samuel  avait décrété que le mythe Ben Laden  se cachait dans les montagnes non moins mythiques de Tora Bora. Ceux qui ont vécu cette période  2001/2002 savent comment l’islamophobie a envenimée le monde et comment les musulmans étaient considérés.

En mars  2003 United fake of america lançait  la deuxième guerre du Golfe, envahissait à nouveau l’Irak aidé de ses  prostituées bénévoles que sont la Grande-Bretagne et une partie des nations occidentales dont l’Espagne, l’Italie et le Portugal (obrigado), mais pas la France (qu’on garde au chaud pour  la destruction de la Libye programmé pour  2011). La guerre, les attentats et les massacres de civils sont le lot quotidien des Irakiens six mois plus tard quand a eu lieu le débat face à Sarkozy le 20 novembre 2003.

L’air était chargé de la haine de l’islam, ont pouvait enfin dégommer les musulmans en toute légalité, du moins en Irak, c’était un bon début,  et avec l’aval de l’ONU s’il vous plaît. Le timing tombait à merveille pour Sarkozy qui ne manqua pas de se servir de la soupe encore chaude qu’on lui a offerte sur un plateau, merci Hani. Sarkozy attaque directement et demande à Tariq Ramadan s’il est favorable à l’arrêt au sein des pays musulmans du châtiment de la lapidation, traitement inhumain d’un autre âge, en plus d’être incompatible avec une société laïque comme la France.[10] À cette question Ramadan récite quelques explications saupoudrées de pensées personnelles en affirmant que l’on ne peut pas, tout seul dans son coin, modifier, réformer, les lois islamiques sans avoir un débat au sein de la communauté. En concluant son propos par la proposition du fameux moratoire sur la lapidation.

À l’évidence Ramadan ne maîtrise absolument pas la jurisprudence islamique. Ses propos sur la lapidation et son éventuel moratoire le prouvent. Il a surtout fait  une erreur mortelle qui valide instantanément la lapidation comme étant islamique. La lapidation est totalement absente du corpus coranique. Aucun verset n’en fait mention. Seuls quelques hadiths (à supposer qu’ils n’aient pas été falsifiés/fabriqués, ce qui est d’une limpide évidence à mes yeux) l’évoquent et détail son mode d’administration. Cependant ils contredisent la punition coranique envers les personnes reconnues coupables de fornication. La sanction définie dans le Coran se résume à être flagellé. Il n’est fait mention d’aucune lapidation. En revanche la Torah définit précisément la lapidation comme étant une sanction à infliger jusqu’à ce que mort s’ensuive. Le Coran a réformé ce commandement biblique. Allah (swt) via sa dernière révélation a offert une amélioration au sort réservé aux pêcheurs. Conformément à ce qu’il annonce dans le Coran au travers des versets suivant.

Sourate 16 verset 101. Quand Nous remplaçons un verset par un autre verset – et Dieu sait ce qu’Il fait descendre -, ils disent : “Tu n’es qu’un inventeur”. En fait la plupart d’entre eux ne savent pas.

Sourate 2 verset 106. Chaque fois que Nous abrogeons un verset (“nansakh”) ou que Nous le faisons oublier (“nunsihâ”), Nous en apportons un meilleur ou un semblable…

C’est la raison pour laquelle la lapidation présente dans la Torah[11] fut annulée et remplacée par la flagellation. Une amélioration formidable d’une sanction qui n’avait plus lieu d’être et qui était accordée à ceux qui acceptaient l’Islam. Rappelons que la loi juive prévoit la mort inéluctable des fornicateurs quoiqu’il arrive. En plus de la mort par lapidation, en bonus track, l’Ancien Testament offre même d’épouser son violeur, et cerise sur le gâteau, de bruler vivant les fornicateurs. La vérité si je mens !

Deutéronome 22-20, Mais si le fait est vrai, si la jeune femme ne s’est point trouvée vierge, 21 on fera sortir la jeune femme à l’entrée de la maison de son père;  elle sera lapidée par les gens de la ville, et elle mourra, parce qu’elle a commis une infamie en Israël, en se prostituant dans la maison de son père. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi. 23 Si une jeune fille vierge est fiancée, et qu’un homme la rencontre dans la ville et couche avec elle, 24 vous les amènerez tous deux à la porte de la ville, vous les lapiderez, et ils mourront, la jeune fille pour n’avoir pas crié dans la ville, et l’homme pour avoir déshonoré la femme de son prochain. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi. 28 Si un homme rencontre une jeune fille vierge non fiancée, lui fait violence et couche avec elle, et qu’on vienne à les surprendre, 29 l’homme qui aura couché avec elle donnera au père de la jeune fille cinquante sicles d’argent; et, parce qu’il l’a déshonorée, il la prendra pour femme, et il ne pourra pas la renvoyer, tant qu’il vivra.

Lévitique 10 Si un homme commet un adultère avec une femme mariée, s’il commet un adultère avec la femme de son prochain, l’homme et la femme adultères seront punis de mort. 11 Si un homme couche avec la femme de son père, et découvre ainsi la nudité de son père, cet homme et cette femme seront punis de mort : leur sang retombera sur eux. 12 Si un homme couche avec sa belle-fille, ils seront tous deux punis de mort ; ils ont fait une confusion : leur sang retombera sur eux. 13 Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux. 14 Si un homme prend pour femmes la fille et la mère, c’est un crime : on les brûlera au feu, lui et elles, afin que ce crime n’existe pas au milieu de vous.[12]  15 Si un homme couche avec une bête, il sera puni de mort; et vous tuerez la bête. 16 Si une femme s’approche d’une bête, pour se prostituer à elle, tu tueras la femme et la bête; elles seront mises à mort : leur sang retombera sur elles.

Est-ce un oubli ou une volonté délibérée de ne pas aborder ce point extrêmement important qui incrimine la communauté juive ? L’oubli est à exclure. Le propos du débat devait strictement être tourné vers les musulmans. L’omission des versets sur la lapidation et son application toujours valide dans la Torah ont été respectées. Bravo Monsieur Ramadan. Les hadiths sur la lapidation ont pris le dessus sur le texte coranique. Étrangement il ne remet jamais en cause leurs origines et pourtant il les fait passer par-dessus le Coran chose absolument interdite en Islam. Il entre en contradiction totale avec le Créateur. Il est impossible d’imaginer que Ramadan ai pu ignorer ce point fondamental. Si l’on se fie à ce qui est dit sur sa courte biographie sur son site internet  tariqramadan.com le doute n’est pas permis :

« Tariq Ramadan est Professeur d’Etudes islamiques contemporaines à l’université d’Oxford (Oriental Institute, St Antony’s College-)et enseigne également à la Faculté de Théologie d’Oxford. Il est Professeur invité à la Faculté d’Etudes islamiques(Qatar), à l’Université Mundiapolis (Maroc), où il enseigne la philosophie, et à l’Université Perlis de Malaisie. Il est par ailleurs Senior Research Fellow à l’université de Doshisha (Kyoto, Japon), et directeur du Centre de Recherche sur la Législation Islamique et l’Ethique à Doha (Qatar). Il possède une maîtrise en philosophie et littérature françaises, et un doctorat en islamologie arabe de l’Université de Genève. Il a suivi une formation intensive en études islamiques classiques avec des savants de l’Université Al Azhar du Caire, et obtenu 7 ijazat dans sept disciplines différentes. »

Le dernier point de sa biographie est primordial. Il affirme avoir obtenu 7 ijazat dans 7 disciplines différentes. Il aurait été intéressant de donner le nom des 7 disciplines pour lesquelles il est autorisé à enseigner puisqu’une Ijazat est le droit d’enseigner une science islamique.

Comment Tariq Ramadan peut-il  ne pas connaitre les versets qui sont abrogés et ceux qui ne le sont pas. Il n’y a aucune excuse, l’oubli ne peut être pris en considération ni même l’ignorance. Surtout quand  Ramadan affirme « Ce qui est écrit dans le Coran est «valable pour nous absolument et éternellement jusqu’à la fin des temps, tant qu’il y aura des vivants sur Terre», explique-t-il dans l’une des cassettes audio diffusées par son éditeur, Tawhid. [13]» Tariq Ramadan est une fois de plus confondu dans son mensonge.

L’épouvantail

« Un présentateur français de télévision estime que son discours «fait peur» autant que celui d’un Jean-Marie Le Pen. »[14]

Cristalliser les peurs, voilà à quoi sert Ramadan, à l’instar de Jean-Marie Lepen et du Front National qui ne sont que pure création du pouvoir.  Cette comparaison illustre la nature réelle de Ramadan, celle d’un personnage fictif maitrisé et orienté. Il est présenté comme un homme cultivé qui a d’abord séduit par son apparence, son éloquence et le traitement injuste qu’il a subi au fil des années et des émissions par des meutes de détracteurs hargneux. Tous contre lui. On a fini par lui trouver des qualités. Mais le fait de l’accuser de double discours, d’ambiguïté, de cacher quelque chose de pas très rassurant sème le doute et maintient une méfiance envers celui qui finalement ne sera pas l’exception tant espérée : le musulman à qui l’on pouvait enfin faire confiance.

Et voilà que l’on « découvre » sa vraie nature, celle d’un hypocrite qui tient un discours religieux tandis qu’il pratique l’exact contraire dans sa vie privée. C’est donc la confirmation de ce qui se disait sur lui. Son double discours. Plus dommageable encore, ce constat s’élargit à tous les musulmans puisque comme lui nous professons une religion juste, avec des valeurs, nos propos peuvent être séduisant cependant une impression étrange à notre encontre habite nos interlocuteurs. Les attentats terroristes de ces dernières années avaient déjà annihilé le peu de sympathie et de confiance qu’il restait en France envers l’islam, mais avec cette affaire la messe est dite ! L’oraison funèbre à charge des membres de la communauté musulmane a désormais lieu, nous sommes tous, par amalgame ramadanien, des hypocrites qui prêchons un discours en public qui est l’opposé de ce que nous faisons dans la réalité. L’islam prône la paix et la justice, passé au détecteur d’hypocrite établi par l’affaire Ramadan et nous sommes dans les faits des djihadistes belliqueux assoiffés d’injustice. Merci Tariq, merci pour tout ! Quand on est le petit-fils d’un agent britannique et le fils d’un agent de la CIA difficile d’imaginer être autre chose qu’une marionnette aux services de ceux qui vous ont accordé l’exil, le gite et le couvert. Tout comme il est difficile quand on est la fille d’un agent du Mossad (Marion Maréchal-Lepen) d’être autre chose qu’un pion que l’on place ici et là sur l’échiquier politique français en fonction des besoins comme elle vient de le faire récemment. Le Clan Lepen et le clan Ramadan se ressemblent dans leur structure et leur fonctionnement. Une histoire de famille aux services d’intérêt occulte apatride sous couvert de patriotisme pour l’un et de religiosité pour l’autre.

Ignorant malgré lui ! Ces clans d’idiot-utiles servent la soupe à ceux qui nous dirigent. Ils sont des arguments à charge pour offrir la liberté d’action à nos dirigeants et imposer des lois liberticides qu’ils ont déjà rédigé des années en amont. Ramadan n’est rien d’autre qu’un pion. On peut même aller jusqu’à imaginer qu’il soit conscient d’être utilisé dans un but bien précis. Ramadan encore une fois ne tombe pas du ciel il a un terreau familial et idéologique extrêmement fourni et atypique. De son grand-père fondateur de la secte des Frères musulmans à son père l’agent exilé en Suisse travaillant pour la CIA jusqu’à son frère et lui-même installés à Genève dirigeant la mosquée la ville pour le premier, employé par les gouvernements britannique et qatari pour ce qui le concerne directement.  Tariq Ramadan et son clan sont depuis un siècle au bas mot un filon d’agents subversifs potentiel dans lequel on pioche à intervalles réguliers. Tariq est le dernier en date. Son apparition sur la scène médiatique a commencé par un scandale, sa disparition a était scellé par un autre scandale. Entre les deux il a tenté plus ou moins bien de faire œuvre de subversion au sein de l’islam. La tribune médiatique offerte durant ces 30 dernières années en est la preuve la plus formelle. On ne passe pas à la télévision autant de fois sur autant de chaînes différentes alors que l’on est censé être une ennemie idéologiquement dangereuse.

Il ne va pas disparaître médiatiquement pour autant. Au Contraire il va être utilisé jusqu’à la dernière goutte de scandale que l’on pourra extraire de sa carcasse médiatique. Car le but de ceux qui lui ont offert la tribune médiatique n’avait pas pour idée la diffusion d’un message positif sur l’islam, mais uniquement l’objectif de le salir de manière perfide comme à leur habitude. Cela permet également de laisser sur le devant de la scène le sujet islamique et d’entretenir la peur avec de nouveaux débats. Il va surtout créer un clivage  et aggraver ceux déjà existants au sein des musulmans. Il y a ses partisans et ses opposants. L’issue de ces divergences et débats qui en découlent ne les intéresse absolument pas. Ce qu’ils recherchent n’est autre que le conflit et la dissension au sein de l’islam. Partitionner au maximum les adeptes islamiques. Il faut bien avouer que le but est atteint de manière admirable.

Les deux Suisses
 Alain Soral et Tariq Ramadan sont en tout point identiques, occupant chacun un créneau spécifique. Le premier se place sur le segment des nationalistes de culture chrétienne tandis que le second s’occupe de son pendant islamique.

Beaux parleurs adeptes de filles et de rapports sexuels déviants, nos deux Helvètes émergent sur la scène publique à la même époque. Soral cependant avait déjà tenté d’apparaître au début des années quatre-vingt sans grand succès si ce n’est quelques apparitions ponctuelles dans diverses émissions. Leur véritable médiatisation a réellement eu lieu au début des années quatre-vingt-dix. Si l’on observe leurs caractères et leurs spécificités, ils sont censés être aux antipodes l’un de l’autre. Ils sont pourtant de parfait copier-coller. Soral est le Ramadan de culture chrétienne, mais dénuée de religiosité (même s’il en parle), Ramadan est Alain Soral épuré de toute sa vulgarité et son obsession sexuelle. Si Tariq Ramadan n’avait pas été musulman il aurait été Alain Soral et inversement.

Soral est propulsé en tête d’affiche suite au reportage de complément d’enquête de 2004 où il critique la communauté juive[15]. Quelques mois avant, en octobre 2003 Ramadan, dans sa célèbre critique des nouvelles intellectuelles communautaires[16], dressait une liste des penseurs juifs qui soutenait par tribalisme la cause sioniste. Ce texte aurait été, selon Ramadan lui-même, refusé cinq fois par le journal Le monde.  Ce même journal qui n’a pas hésité un an plus tôt à publier l’article de son frère Hani alors qu’il faisait l’apologie de la lapidation[17]. Va comprendre Shalom !   

La synchronisation est parfaite, les scandales se font écho. Pendant que Soral se greffe en bon poisson-pilote qu’il est à Dieudonné sur la vague médiatique de la nouvelle bête immonde de la communauté juive, Ramadan est mis en orbite autour de la planète Islam par le dönmeh Nicolas Sarkozy. Le timing est plus que suspect, mais il était difficile de faire le lien de l’escroquerie made in Switzerland

Adepte l’un comme l’autre de jeunes femmes qu’ils consomment en grande quantité à la différence que le premier le revendique ouvertement au point d’en faire  un roman où il relate ses différentes aventures et ses conquêtes réelles ou supposées, tandis que le second nous offre la partition du parfait petit musulman avec sa femme convertie, ses enfants et son look de parfait petit muslim bien sous tous rapports.

En bon luthérien depuis la « Rome protestante »[18]  Ramadan veut réformer l’Islam pour le faire rentrer dans le moule défini par ses maîtres anglo-saxons. Il propose de réformer l’Islam de manière graduelle, avec l’idée de le faire accepter mentalement par les esprits musulmans auprès desquels il s’exprime. De son côté Soral fait un travail similaire via ses conférences, ses vidéos soporifiques et ses différents livres qu’il édite ou qu’il diffuse via sa société Kontre Kulture. Soral garde tout même la précaution de ne pas rentrer entièrement dans le domaine religieux. Ne l’étant pas lui-même il n’a pas cette légitimité. Il est toujours possible d’imaginer que s’il n’avait pas écrit et parlé des heures entières sur le sexe, les rapports sexuels, la drague et toutes ces choses il aurait pu revêtir à l’instar de Ramadan l’habit du parfait petit religieux auprès de ses ouailles. Ce n’était de toute façon pas le créneau à utiliser auprès des populations autochtones. Étant à la base déchristianisée il fallait simplement leur servir un discours du rassemblement national puisque la religion n’étant plus le lien qu’il était les siècles précédents, seul le discours nationaliste pouvait réunir ou faire écho auprès des populations autochtones françaises. Soral devait donc absolument les combler. Il a saupoudré son discours de religieux, de culture historique française, de géopolitique en incorporant du marxisme, du libéralisme et un sacré paquet de sionisme détourné.

Ramadan a essayé de découper les dogmes de l’islam censés être inamovible auprès de ses auditeurs. Sa mission était de faire accepter la laïcité en affirmant et en répétant  que l’Islam devait se soumettre à la laïcité puisqu’elle représente la possibilité d’exprimer au mieux l’islam, car censé être une protection pour les cultes. Cela est évidemment faux puisque telle qu’elle est appliquée et expliquée par ceux qui nous dirigent la laïcité est l’éviction des religions dans le domaine public. Ramadan le sait pertinemment. Mieux, il joue sur le fait qu’à l’origine la loi de 1905 telle qu’elle est définie est réellement une protection pour les cultes sans distinction à partir du moment où cela ne nuit pas aux autres citoyens. Dans les faits depuis une cinquantaine d’années la laïcité est devenue une machine à détruire la religion elle n’a plus cette vocation première de les protéger et de les encadrer. Cette omission inacceptable pour une personne telle que Ramadan le confond dans sa duplicité.

De son côté Soral agit toujours à l’identique en affirmant défendre l’intérêt de la nation contre l’ogre européen que les États-Unis ont mis en place avec l’ouverture des frontières, le marché unique, la monnaie unique, etc. alors qu’il valorise et encense le marxisme le plus criminel comme étant une solution au marasme dans lequel se trouve l’Europe. Il tente maladroitement de faire accepter le Front national comme une des issues possibles pour que la France retrouve sa souveraineté et s’affranchisse des différents accords européens qui la maintiennent dans une immigration de masse, des conflits injustes qu’elle mène à l’étranger et dans l’écroulement de son économie. Il ignore sciemment que le Front National est une pure création de ceux qui ont pour but de partitionner davantage les nations et ainsi éparpiller les éventuelles forces vives qui pourrait lutter contre les dirigeants criminels occultés par le paravent des fameux partis politiques. Ramadan dénonce le sionisme de l’empire alors qu’il fait partie de ce dernier quand il collabore avec le criminel Qaradawi, qu’il conseille Tony Blair et qu’il veut reformer radicalement l’Islam.

Entre Alain Ramadan et Tariq Soral le cœur du mensonge balance. Deux Suisses apatrides déguisés qui jouent un jeu de dupe où leur seule limite c’est la vitesse à laquelle ils parviennent à baisser leur pantalon. Un selfie la bistoukette à l’air et une photo en caleçon dans une chambre d’Hôtel plus tard et voici que le lièvre est levé. Docteur Soral et Mister Ramadan, le duo helvétique le plus pathétique a désormais fait son temps.

Les Arabes de servicE
L’idiot-utile est une des armes qui sert le plus efficacement ceux qui nous dirigent. Elle a fait ses preuves de par l’histoire en tout temps et en tout lieu. Mais il faut avouer que dans le monde arabe et islamique les idiots-utiles ont donné les plus beaux résultats. Qu’il s’agisse de Saddam Hussein, du shah d’Iran, de la famille Al-Assad, de la famille Hussein de Jordanie, du clan Moubarak, Kadhafi, des Bourguiba et Benali  aux escrocs généraux algériens en passant par la monarchie marocaine, ils sont tous des idiots-utiles sans aucune exception. Ils sont mis en place, maintenus et protégés par ceux qui nous dirigent. Mais les idiots-utiles du quotidien – ceux en contact direct avec la population – sont les plus nombreux. Ramadan fait partie de ces derniers.

Aucun idiot-utile n’est choisi par hasard. Il a dans son terreau historique et idéologique des particularités qui le prédispose à en devenir un. Il faudrait remonter dans la généalogie ramadanesque pour, peut-être, trouver l’origine de la désignation de ce clan dans les actions de subversions mener contre l’islam.  Sans doute font-ils partie d’une lignée de franc-maçon, de sabbataïste messianiste ou d’une autre croyance sectaire en dehors de toute croyance divine.

On a toujours reproché à Tariq Ramadan son double discours supposé. Ceux qui l’accusaient n’étaient absolument pas crédibles tenant eux-mêmes un double discours flagrant que tout le monde pouvait entendre à longueur de journée. Ramadan a toujours été cohérent dans ses propos depuis des années sur sa vision de l’islam, des banlieues, de l’Immigration, de la France, de la laïcité… Visions qui ne sont pour la plupart que peu adaptées au dogme islamique. Ramadan voulait faire des concessions de l’islam vers la laïcité. Cela est impossible et il ne le savait que trop bien. Sa mission première était de diminuer le religieux libérant ainsi de l’espace pour que le profane d’obédience laïc prenne place au sein du dogme islamique. Il devait diluer les préceptes islamiques dans la laïcité.

Non, son double discours il ne l’a servi ni sur les plateaux de télévision ni dans ses livres, mais à sa propre communauté religieuse, celle qu’il défendait. Il a magistralement grugé les musulmans entre ses dires et ce qu’il faisait dans les chambres d’hôtel avec ses sœurs en religion. Voilà le véritable double discours. C’est cela qui peut lui être véritablement reproché. Il perd ainsi toute crédibilité religieuse.

Chaque idiot-utile à un temps déterminé pour mener à bien sa mission. Bien évidemment il ignore tout cela. Sans quoi il ne serait pas un idiot-utile.  Durant ce laps de temps il fera ce que l’on attend de lui. Une fois sa tâche exécutée il est immédiatement éradiqué. On ne s’encombre pas d’une personne qui fait ce que l’on attendait d’elle, à l’instar d’une orange pressée que l’on jette une fois le jus extrait. On s’en sépare, c’est la règle. Si en plus on peut se faire un petit billet sur le dos de la bête via un scandale qui défraie la chronique par exemple alors là c’est le bingo.

Un bon idiot-utile est doté un bouton on-off, qui permet de le mettre hors service de manière instantanée. Cette règle ne souffre d’aucune exception. Si l’idiot-utile se rebelle un jour contre ses commanditaires, ces derniers ont assuré leurs arrières en choisissant leurs idiots-utiles à la seule condition qu’ils puissent user contre eux d’un moyen de pression, une sorte de fusible, pour les contraindre à poursuivre leurs œuvres de subversion malgré leurs réticences ou de les faire taire à jamais. Ce bouton on-off se matérialise de différentes manières : des actions répréhensibles, honteuses ou criminelles. Un goût prononcé pour les petits enfants. Un passé d’assassin ou de voleur pour d’autres, la liste est sans fin. L’important c’est que l’idiot-utile ait par le passé commis ce genre d’acte infamant. Ramadan avait un passé et un présent de fornicateur insatiable. Il en a usé et abusé durant ces trente dernières années. Ce n’était qu’une question de temps avant que l’on lui lance cela au visage pour le mettre à terre. C’est ce qui vient de se produire. Quel fût le bénéfice du travail de Ramadan pour être exécuté de la sorte aujourd’hui. Car c’est bien une rupture de contrat de travail qui vient d’être signée par le biais de ce scandale sexuel.

Les médias avaient la possibilité de le faire tomber depuis des années, mais c’est seulement aujourd’hui qu’on l’exécute. Pourquoi ?  Ce timing sert un but précis dont j’ignore les tenants et les aboutissants. Seule certitude le CDI de Ramadan a touché à sa fin. Soit il reçoit son solde de tout compte (disparition définitive des médias et de la scène publique islamique. Dans ce cas, attendez-vous à voir prochainement le coup de grâce qu’on lui assènera, il sera à n’en pas douter spectaculaire) soit il sera réembauché pour de nouvelles aventures. Il devrait donc ressurgir sous d’autres aspects et dans d’autres contextes. Il est mis hors-jeu comme ce fut le cas pour DSK ou d’autres encore.

L’alternative la plus radicale et la moins crédible (selon moi) c’est la mort, à l’instar de Kadhafi, Saddam Hussein ou le fameux Ben Laden par exemple. Le cas de Bachar el-Assad est particulier, on doit pour l’heure le garder en vie jusqu’au moment où sa fin sera annoncée et utilisé. Soyez attentif à ce qui va survenir ces prochaines années le concernant.

Le bouton on-off de Ramadan c’était bien évidemment ses mœurs sexuelles en totale contradiction avec son image d’homme musulman pieux. Effectivement pieux il l’était, mais dans le sens littéralement argot du terme et toujours en compagnie féminine. C’était une passion qu’il pratiquait entre deux séminaires traitant de la vie du prophète, de la bienséance islamique ou des rapports hommes/femmes  et le respect qui leur est dû conformément à l’éthique islamique.

«Notre entraîneur nous a expliqué qu’il devait prendre ses douches en maillot de bain à cause de sa religion et qu’il n’y avait pas à rigoler à ce sujet, se souvient un ancien coéquipier. »[19]

C’est qu’il a bien changé depuis le temps notre footballeur suisse. La pudeur s’est faite de plus en plus discrète au fil des ans. C’est sans doute cela sa réforme radicale de l’islam comme il le prône depuis des années. En effet quoi de plus radical que de passer d’une douche en maillot de bain devant des hommes et forniquer nu avec des femmes musulmanes !  L’amnésie de l’idéologie des frères musulmans l’arrange également quand on sait qu’il a omis dans sa thèse de préciser que «considérer tout contact mixte en tête-à-tête comme un crime susceptible d’être sanctionné»[20]. Évidemment il n’allait tendre le bâton pour se faire battre.

En définitive Ramadan n’a de Suisse que l’utilisation tous azimuts dont il a été « victime » comme l’est le Couteau suisse. Tantôt représentant officieux de l’islam de France, tantôt défenseur d’un islam moderne et éclairé, tantôt cheval de Troie de la secte des frères musulmans dénoncés par les laquais du gouvernement. Souvent apprécié (officieusement) par l’intelligentsia (maçonnique) qui lui offre la tribune dans un jeu du chat et de la souris qu’ils ont savamment mis en place pour leur simple distraction personnelle, assistant aux débats politico-religieux entre Ramadan et le reste du monde comme on assiste à un concert de jazz.  Son utilisation a été hétéroclite, écrivain, conférencier, professeur, débatteur, philosophe, penseur. À la fois égyptien, suisse, français, qatari, iranien, britannique, américain, il est partout, citoyen de toutes les nations, une tour de Babel faite homme. Il aurait pu être le couteau suisse incarné en homme, mais hélas, le couteau suisse est réellement utile et possède par le biais de ses outils de véritables valeurs intrinsèques ce qui n’est pas le cas de Ramadan. Dieu lui a offert une intelligence, une répartie et une éloquence qui surclasse bon nombre de ses contemporains, et qu’en a-t-il fait ? Il a bâti un château de sable à l’intérieur duquel il s’est contenté d’assouvir ses besoins sexuels.  Le vent s’est finalement levé, le sable a été emporté, seul reste Ramadan, le pantalon sur les genoux. Et devinez quoi, pas un seul exemplaire du Coran n’a été retrouvé ! En revanche il y avait une robe, qui n’appartenait pas à sa femme, tachée de sa semence qui trainait par terre.

Les victimes de vos employeurs anglo-saxon-Qatari , que sont les Yéménites, les Libyens et les Syriens en tête, vous remercient pour tout le travail que vous avez mis en place via vos centres d’études islamiques à Doha, ou vos postes de professeur d’études islamiques à Oxford et ailleurs et qui n’ont servi à rien du tout si ce n’est de laisser mourir davantage  les musulmans sous les bombes de vos maîtres. Les centaines de milliers de victimes de vos employeurs vous souhaitent courage dans cette épreuve que vous traversez et qui vous touche dans votre chaire, sang mauvais jeu de maux. Sachez qu’ils vous attendent avec impatience du côté de Damas, Alep, Bagdad, Sanaa ou Tripoli pour communier avec eux lors du prochain mois sacré de Ramadan qui débute prochainement et dont vous portez admirablement le patronyme. Ils espèrent toutefois que cela ne soit pas préjudiciable à vos différentes visites des capitales occidentales qui sont vos obligés comme chacun sait. Capitales desquelles ils reçoivent régulièrement des nouvelles par voie aérienne et que vous autres occidentaux appelés « apporter la démocratie » et qu’eux appellent simplement bombes. 

Ramadan Mubarak Tariq !


[1] Éthique : « Ensemble des principes moraux qui sont à la base de la conduite de quelqu’un. » Dictionnaire Larousse.
[2] https://iife.tariqramadan.com/
[3] https://mondafrique.com/tariq-ramadan-discret-ambassadeur-qatar/
[4] https://www.algeriepatriotique.com/2015/02/24/youssef-al-qaradawi-plaidoirie-ou-regrets/
[5] https://mondafrique.com/tariq-ramadan-discret-ambassadeur-qatar/

[6] Annexe :Lettre de soutien des frères musulmans aux criminels du FIS durant la décennie noire :Appel de soutien aux Cheikhs Abassi Madani et Ali Benhadj des oulémas, écrivains, penseurs et notables  Ramadan 1423/ Novembre 2002.Lettre ouverte à l’intention de M Abdel Aziz Bouteflika, Président de la république algérienne.  Que la paix de Dieu et sa clémence soient avec vous. Ainsi, la présente assemblée constituée de oulémas, de penseurs et de notables de la nation, attache un grand espoir quant à une réponse favorable de votre part suite à leur appel concernant les chouyoukh du Front Islamique du Salut, Madani Abbassi et Ali Benhadj.  Comme nous avons noté que, tout au long de cette rude épreuve que traverse l’Algérie durant ces dix dernières années, le Front Islamique du Salut n’a épargné aucun effort pour contribuer à la sortie de l’Algérie de cette crise qui la déchire, réitérant sa forte et originelle conviction en une solution pacifique juste et globale seule à même de mettre fin à la crise du pays et à prouver son innocence quant à tout ce que ses ennemis détracteurs tentent de lui attribuer.  Votre Excellence, Monsieur le Président,  A la lumière de tout cela, et conscients de la lourde responsabilité envers notre oumma et de notre totale confiance quant à votre juste égard envers les savants, les penseurs et les notables de la nation et de toutes les éminentes personnalités, nous espérons de votre excellence la libération de ces deux hommes, car le maintien de ces symboles scientifiques et nationalistes arabes et musulmans dans pareilles situations de dégradation de santé, ne saurait réjouir toute personne éprise de justice. Une personne de l’âge et de la probité scientifique du Docteur Abassi – 72 ans – qui a sacrifié 22 ans de sa vie en prison, en tant que moujahid, penseur et leader islamique, mérite les honneurs et le respect de nous tous, et a fortiori de son pays et de son peuple !  Pour tous cela permettez-nous, Votre Excellence, Monsieur le Président, d’insister auprès de vous pour leur libération, ce qui leur permettrait de se soigner, à l’étranger si nécessaire, avant que leur état de santé ne s’empire et ne devienne incurable, Dieu dit : « Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes oeuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. » (Coran, 5:2)  Que la paix et la clémence de Dieu soient avec vous. Premiers signataires :  Dr. Tewfik echaoui / Egypte Ch. Yousouf Karadhaoui/ Qatar Ch. Issam El Attar / Allemagne Ch. Ahmed Assal / Egypte Ch. Rached Ghanouchi / GB

[7] Sourate 22 verset 39-40. Sourate 60 verset 89
[8] http://www.solidariteetprogres.org/freres-musulmans-domination-britannique.html
[9]https://www.swissinfo.ch/fre/-la-charia-incomprise—le-texte-controvers%C3%A9/3083976
[10] Alors qu’au même moment on tuait chaque jour des dizaines d’Irakiens pulvérisés par les bombes et les balles occidentales, on en torturait tout autant dans les prisons, dont les fameuses d’Abou Graïb  et de Guantanamo. L’humanité s’arrête là où commence celle des Occidentaux.
[11] http://www.interbible.org/interBible/decouverte/comprendre/2009/clb_090515.html
[12] À noter que Carla Bruni a exactement fait cela , elle a couché avec le père et le fils Enthoven. Visiblement la sanction ne s’applique pas dans ce sens-là.
[13] https://www.letemps.ch/opinions/tariq-ramadan-genese-dune-star-lislam
[14] https://www.letemps.ch/opinions/tariq-ramadan-genese-dune-star-lislam
[15] https://www.youtube.com/watch?v=dEAyCGaOEQg
[16] https://oumma.com/critique-des-nouveaux-intellectuels-communautaires/
[17] Comprenez donc que Heckel et Jekel Ramadan jouent les rôles de la thèse et de l’antithèse. L’un est pro laïc tandis que l’autre est musulman intégriste.
[18] https://www.museeprotestant.org/video/geneve-la-rome-protestante/
[19] https://www.letemps.ch/opinions/tariq-ramadan-genese-dune-star-lislam
[20] Ibid

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire