J’m’en-bats-les-yeuk ©

0
43

Tu ne connais pas « J’m’en-bats-les-yeuk © » ?   Mais avant de t’expliquer ce que c’est, tu as sans doute remarqué qu’il est devenu difficile de communiquer, verbalement, dans la vraie vie j’entends. Mis à part les sujets futiles il est impossible de parler d’un sujet sérieux ayant du fond et qui demande un minimum de réflexion propre. Excepté des débats noyés de « prêt à penser » il n’y a plus aucun débat, uniquement du réchauffé d’enfonçage de porte ouverte. Des milliers de clones de Zemmour, de Sarkozy, d’Onfray, de Lepen qui parlent avec leurs mots, leurs maux et leurs mensonges, reprenant intégralement leurs idées-concepts les récitants sans réfléchir. Sorti de leurs idéologues ils ne peuvent soutenir aucune discussion puisque n’ayant plus aucun carburant idéologique en eux et d’avis encore moins. Des esprits vides sur pattes.

Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Parce que depuis des décennies, doucement, mais surement il a été distillé dans l’esprit des gens un poison verbal, insipide, hautement pernicieux qui répond au doux nom de « J’m’en-bats-les-yeuk© ». Ce concept tout-en-un s’inscrit de manière indélébile dans le disque dur cognitif du citoyen lambda. Ce super logiciel s’active dès lors que l’on aborde, de près ou de loin, un sujet sérieux, qui demande un minimum de réflexion. Une fois en marche « J’m’en-bats-les-yeuk © » va se lancer à la recherche de la moindre trace d’un semblant d’esprit critique, parcourant inlassablement tous les recoins de votre cerveau et s’il détecte la présence d’un début d’esprit critique prêt à analyser de manière impartiale la discussion à laquelle vous participez, sa tâche se résumera alors à l’étrangler à main nue jusqu’à ce que mort s’ensuive. Une fois la besogne accomplie « J’m’en-bats-les-yeuk © » liquidera dans le vrai sens du terme votre esprit critique qui disparaîtra à jamais avec votre première urine du matin.

Et pour cela il faut remercier la télé-lobotomie, sans qui rien n’aurait été possible, pour le travail d’abrutissement accompli depuis près de 60 ans. Il faut reconnaitre qu’avoir réussi à rendre futile la raison et raisonnable le superficiel relève de l’exploit. Chapeau !

Aux chiottes l’esprit critique, vive la lobotomie intellectuelle.

Laisser un commentaire